LŽAgenda Secrète: la fin justifie les moyens

Publié le par Albus magnus


Bush reconnaît ses erreurs en Irak. Mais s'en moque.

Guerres > L'administration Bush reconnaît ses erreurs au sujet de l'Irak. Mais ne voit vraiment pas le problème.

imagePas d'armes de destruction massive en Irak, pas plus que de liens avec les attentats du 11 septembre, c'est ce que vient de reconnaître, très explicitement l'administration bush par la bouche de son "commander in chief".

Pour les armes de destruction massive, c'est Colin Powell qui s'y était collé en février 2003, prouvant au conseil de sécurité de l'ONU que l'Irak en avait, promis juré, photos, enregistrements et fioles d'Anthrax en main (Transcript complet)

Pour les liens entre Al-Qaeda et l'administration Hussein, c'était plutôt le dada de Dick Cheney qui, contraiement à ce qu'affirme aujourd'hui Bush, laissait lourdement sous entendre que l'Irak était une base opérationnelle d'entrainement pour terroristes et que les équipes du 11 septembre s'étaient exercées là bas (source Whitehouse.gov, "The Vice President Appears on NBC's Meet the Press":

RUSSERT: The plane on the ground in Iraq used to train non-Iraqi hijackers.Do you still believe there is no evidence that Iraq was involved in September 11?
CHENEY: Well, what we now have that's developed since you and I last talked, Tim, of course, was that report that's been pretty well confirmed, that he
(Mohammed Atta) did go to Prague and he did meet with a senior official of the Iraqi intelligence service in Czechoslovakia last April, several months before the attack.

Rien de très nouveau dans tout ça, l'histoire sent le marronnier récurrent depuis que la guerre en Irak à commencé. Mais ce qui est fascinant dans les réponses de Bush, c'est l'incapacité de chef d'état américain à formuler sa réponse. Il bafouille, hésite, élude maladroitement comme un collégien surpris par une interrogation alors qu'il n'aurait pas fait ses devoirs.

La vidéo de la conférence de presse (ainsi que son transcript) est à voir sur le toujours excellent Democracy Now! ou sur le site de la maison blanche. Pour un grand moment d'amusement géopolitique. Dommage qu'il y ait des morts. Ca pourrait presque être rigolo, sinon.

Publié dans illuminati

Commenter cet article